Noire et blanche, comme sur un piano…

Le blues des lesbiennes interraciales… un à corps à trois temps, avec ces filles pourtant binaires , ut été la « clef de femmes » m’autorisant comme un pianiste, d’improviser des rondes noires, des tierces blanches et des soupirs rythmant le battement de nos sextolets ! Une nympho-nique en mode majeur, portée par la gamme de tous mes désirs satisfaits, je les aurait Mi jusqu’à bé…molle ! Pas de thon alitée, des mezzo au lit… mais l’ondine blanche et la femme chocolat, une partition à quatre mains pour ma baguette de chef… Car si le con sert, les muse siennes s’y massent !
Une fille noire et une fille blanche montrent leur cul.

Cul nu vous invite à voir toute la scène en cliquant sur la photo...
photo cul
Postez votre commentaire.

Votre email ne sera pas publiée.