Moi je suis un gros lèche cul !

Anulingus, un plaisir de fin gourmet.

Alors qu’en société, des lèches culs ce n’est pas ce qui manque, dans l’intimité la pratique est beaucoup moins courante ! J’ai le souvenir d’une nana qui ne voulait plus se passer de moi juste parce que  je lui avait bouffée le fion un peu avant de l’enculer. Ce tabou reste très fort pour certaines personnes, elle m’avait avoué avoir toujours rêver sentir une langue se coller à son anus, en pensant que cela n’arriverait jamais. Elle n’en avait parlé à personne de toute sa vie, culpabilisant en secret d’un désir pourtant si simple ! Quand je suis passé à l’acte sa surprise fut si forte;, que je pense que son goût pour le plaisir anal prit enfin totalement le dessus sur ses inhibitions. Après ça, si elle avait pu me servir son postérieur à tous les repas, elle l’aurait fait.
Faire de la lèche...

Cul nu vous invite à voir toute la scène en cliquant sur la photo...
photo cul
Postez votre commentaire.

Votre email ne sera pas publiée.