Les poils du pinceau…

Ça chatouille délicatement !

La dimension sensuelle la plus absente du porno est la délicatesse… on bourre la tête des jeunes mâles avec l’idée que la virilité n’est en rien quelque chose de subtil, et que la femme n’attend d’eux que des performances bestiales ! Pourtant il n’y a qu’à observer une femme qui se masturbe pour s’apercevoir que, loin de se stimuler à coup de pénétration brutale, elle effleure, caresse, cajole… attention je ne dis pas que toutes les filles aiment les même choses et sont de plus exclusives, mais dans l’ensemble l’idée des poils d’un pinceau qui viendrait les chatouiller, leur parle plus à froid que celle d’un poing dans leur chatte ! Mais le porno est fait et s’adresse à des bêtes à queue, les même qui enragent quand elles deviennent des bêtes à cornes… L’attention que l’on porte à sa partenaire est certes moins visuelle que le défonçage pur et simple, mais au lit elle vous mènera tellement plus loin.
guili-guili !

ARTICLES ASSOCIES :
Cul nu vous invite à voir toute la scène en cliquant sur la photo...
photo cul
Postez votre commentaire.

Votre email ne sera pas publiée.